« CONS D'OUVRIERS »

Espace Création > « CONS D’OUVRIERS »

« CONS D’OUVRIERS »

Premier témoignage, représenté à La Seyne par un spectacle, sur les Chantiers Navals et sur ses ouvriers, quinze ans après la cessation en 1989 de l’activité centenaire seynoise : il constitue de fait un élément de mémoire qui aura pour effet de permettre à la population de revenir sur cette période de mono-industrie et de mono-culture.

L’action se déroule sur une journée, dans un vestiaire. Elle met en jeu neuf personnages ayant tous existés : trois gardes vestiaires, quatre ouvriers, un délégué syndical et un ingénieur, dans des situations réelles.

Le titre « Cons d’ouvriers » sous son aspect provocateur, reprend entre guillemets, une expression qu’employaient souvent les ouvriers pour s’interpeller, soulignant ainsi avec autodérision leur condition subie : il annonce le registre réaliste de l’écriture.

L’écriture traduit un réalisme expressionniste : les dialogues sont en effet rapportés de la réalité avec leur caractère cru et populaire. L’auteur a travaillé quinze années aux Chantiers Navals de La Seyne. Ses origines italiennes de deuxième génération, et son appartenance revendiquée à la classe ouvrière, expliquent le ton sans détours et l’idée du vestiaire souillé d’excréments comme métaphore d’une condition pénible et symboliquement dégradante qu’il s‘agit pour les ouvriers d’améliorer par la lutte syndicale.

Cette Pièce renferme aussi une profonde amertume quant à l’issue de cette Histoire Ouvrière. Le point de vue non affiché de l’auteur, derrière l’épaisseur d’un trait plus expressionniste que caricatural, est celui d’un militant désabusé, vaincu, nostalgique et dénué de transcendantalisme, qui reste debout encore imprégné de cette forte expérience humaine.


2003-2004 1067 spectateurs en 23 représentations dont la dernière à la Bourse du Travail, devant 247 personnes.

Cette création intervient dans la vie de la Cité après quinze ans de silence et de censure politique sur toute initiative de paroles et d’actions artistiques, culturelles et citoyennes sur la mémoire des Chantiers Navals et des Ouvriers, nos pères... Cette création aura été une occasion fortement appréciée de dépassement dans la joie et l’émotion, du traumatisme de la fin des Tchantous.
Les représentations ont dû être stoppées par manque de trésorerie, étant donné l’absence de tout financement et la petite capacité de la jauge (50 places).


Une comédie sociale et expressionniste en trois actes de
Alain BOGGÈRO

Adaptation et Mise en Scène
Marc SCUSSEL

Direction Artistique
Tonton DGÉ

par la Compagnie Constroy Mouvement avec :
Jean ARSAC, Abdel BOUCHAMA, Marc BOZZAÏ,
Jérome LELEU, Franck SUCHET, Patrick TRANCHIDA.

Décors Accessoires Régie
Tonton DGÉ, Roger ISTRiA

Production Artistique
Constroy Mouvement

Autoproduction financière
Café Théâtre 7ème VAGUE

Avec le Concours de La Maison des Hommes et des Techniques de Nantes
et de l’Écomusée de Saint Nazaire