En juin 1995, un numéro de La Déferlante relance l’action de 7ème Vague par le projet “Constroy Mouvement”. Plus de deux cent signatures de jeunes des quartiers nords, d’artistes et touchozarts locaux sont recueillies pour appuyer un plan d’action qui a pour but de créer un espace-sas d’expression et de rencontres inter-quartiers, pour les jeunes. Un espace qui fait lien entre l’infra-associatif et les services Culturel,
Jeunesse et Sports de la ville.

La mise en mouvement de cet espace devrait être obtenue par l’implantation d’un local préfabriqué de 70 m2 dans au moins quatre grands secteurs géographiques de la ville. Les préfabriqués visés étaient ceux qui servaient de locaux temporaires aux Beaux Arts dans l’attente de la construction de leur nouvelle résidence en centre ville. Ils servent ici de bases d’inscriptions à des championnats de sports collectifs à partir
de mini-terrains situés à proximité. Par ailleurs, un bus anglais offert à la ville par une Société anglaise intéressée par le réaménagement du Site des Chantiers Navals, serait mis à disposition d’une équipe coordinatrice pour faire le lien entre les différentes bases, dans lesquelles, il est aussi proposé, outre les rencontres sportives, de s’inscrire aux Olympiades de Pistil Baie (des Sablettes), et à l’organisation du Festival “Citéal”.

Le projet “Constroy Mouvement” a fait l’objet d’une demande de financement dans le cadre du Contrat de Ville, et de demandes spécifiques d’acquisition des préfabriqués et du bus anglais. Refusé, dommage ! Quelques semaines plus tard, un groupe de quatre constroys est sur le point de monter sur la scène du concert des libertés, sur le site des ex-Chantiers, avec l’accord de l’organisateur SOS Racisme. L’objectif est de chanter à capella la chanson manifeste du Constroy Mouvement. Mais, le premier adjoint du maire récemment élu, Maurice Paul, interdit cette intervention
dont la durée avait été évaluée à cinquante secondes prises sur le temps de passage des Fabulous Troubadours, avec leur accord. Le Constroy Mouvement est censuré parce que Gérard Rinaldi n’a pas soutenu la liste du nouveau maire.